Pendant 16 jours en 1976, près de 1,5 million de spectateurs sont venus au Stade olympique de Montréal pour assister aux performances des Olympiens. Ces « Dieux du Stade » auront été rapidement remplacés par plusieurs vedettes qui ont par la suite évolué au Stade olympique avec une équipe ou qui y sont passées le temps d’un événement.

Il y a d’abord eu les Alouettes qui y ont joué leur premier match moins de deux mois après la cérémonie de clôture des Jeux olympiques. C’était le 26 septembre. L’équipe était dirigée par Marv Levy et comptait sur des vedettes comme Peter Della Riva, Larry Smith et Johnny Rodgers.

Quelques mois plus tard, c’était au tour de nos Z’Amours de s’installer au Stade. Les Expos allaient amorcer leur 9e saison dans leur nouvelle résidence le 15 avril 1977 avec des joueurs comme Gary Carter, Larry Parish et Steve Rogers. Ils allaient y rester jusqu’au 29 septembre 2004, attirant au total près de 40 millions de spectateurs.

Le soccer a fait son entrée le 18 avril 1981 lors du premier match du Manic qui y restera jusqu’en 1983. L’Impact y jouera son premier match le 25 février 2009 dans une rencontre de la Ligue des Champions CONCACAF où les Montréalais l’emportent 2-0 sur le Santos Laguna devant plus de 55 000 amateurs.

On a aussi eu droit à une Coupe du monde d’athlétisme en août 1979 et à ce fameux combat de championnat du monde des mi-moyens le 20 juin 1980 où les boxeurs Roberto Duran et Sugar Ray Leonard sont montés dans un ring aménagé en plein milieu du Stade. Même le champion olympique Gaétan Boucher s’y est illustré lors des Championnats mondiaux juniors de patinage de vitesse en février 1978 sur une patinoire aménagée sur l’aire de jeu.

Les « Dieux » de la scène seront nombreux à livrer de grandes performances au Stade olympique. Ce sont les Félix Leclerc, Robert Charlebois, Monique Leyrac, Claude Léveillée et les nombreux artistes du spectacle « La nuit de la Saint-Jean » qui seront les premiers à monter sur une scène au Stade les 23 et 24 juin 1977. Ils seront suivis quelques semaines plus tard par le groupe Pink Floyd qui attire plus de 78 000 personnes et montre la voie à plusieurs autres groupes qui suivront au fil des années (Emerson, Lake & Palmer, The Police, Jackson 5, U2). Le 16 août 1984, la « Magie Rose » de Diane Dufresne s’inscrit dans l’histoire du showbiz québécois comme le spectacle le plus flamboyant ayant jamais été produit.

Mais les « Dieux-tout-court » sont aussi présents au Stade. Que ce soit pour prier Jésus, Jéhovah ou Allah, le Stade olympique se transforme en temple religieux. Le premier rassemblement religieux organisé au Stade sera le Congrès canadien francophone du renouveau charismatique catholique qui réunira plus de 50 000 fidèles en juin 1977. En juillet de l’année suivante, les Témoins de Jéhovah y réunissent plus de 75 000 personnes. Pour plusieurs, LE moment religieux du Stade est survenu le 11 septembre 1984 alors que le page Jean-Paul II rencontre près de 50 000 jeunes. Parmi eux, une jeune chanteuse qui allait devenir, quelques années plus tard, une grande « prêtresse » du monde du spectacle : Céline Dion.

De tous les stades olympiques, celui de Montréal est celui qui connait la plus grande utilisation après la tenue des Jeux olympiques. Depuis le 17 juillet 1976, les « Dieux du Stade » ont attiré plus de 70 millions de « fidèles » dans les gradins du Stade olympique. Comme le dit l’expression : « Ça fait du monde à la messe ».

Retour aux articles