Une autre année au calendrier qui nous rapproche un peu plus de l’âge de la retraite. Le travail, les déplacements, les obligations familiales et professionnelles prennent tout notre temps et nous laissent peu de temps pour les loisirs.

Raideurs aux articulations, perte d’agilité et de flexibilité et diminution de nos capacités respiratoire et cardiaque sont malheureusement les conséquences de cette vie trop occupée. Le stress associé ajoute une surcharge au système, la fatigue se met de la partie et l’effort de compensation nous fait consommer plus de calories. S’ensuit une prise de poids certaine; quelques kilos par année et l’on se réveille 15, 20, ou 25 kilos plus tard…

Quoi faire pour s’en sortir? Opérer de petits changements, un à la fois.

1. Comprendre l’importance de l’activité physique et de la saine alimentation par des lectures

Comprenez le rôle décisionnel qui vous appartient face à votre santé et diminuez les portions si elles sont excessives.

Quelques références :

2. Saisir toutes les occasions de bouger

  • Participez aux activités sportives avec les enfants
  • Prenez les escaliers durant vos déplacements
  • Marchez au moins 30 minutes par jour après les repas (qui incluent de bonnes portions de légumes)
  • Remplacez le souper au restaurant avec les amis par une marche sur le Mont-Royal

3. Inclure l’activité physique dans votre horaire

La Société canadienne de physiologie de l’exercice (SCPE) et l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) ont préparé un document qui présente bien les objectifs de base. L’activité doit être faite en sessions de 10 minutes plusieurs fois dans la semaine jusqu’au total recommandé. Elle doit inclure des activités de renforcement des os et des muscles.

  • Enfants 5 à 17 ans : 60 minutes par jour d’activité physique d’intensité modérée à élevée.
  • Adultes 18 à 64 ans et 65 ans et plus : 150 minutes par semaine d’activité physique aérobie d’intensité modérée à élevée, les 65 ans et plus doivent ajouter des exercices d’équilibre

4. L’activité physique doit devenir une habitude, comme se brosser des dents ou dormir

Ce doit être répétitif et faire partie de la routine quotidienne. Réservez 30 minutes par jour… chaque jour.

5. Avoir un objectif aide à se motiver

Une marche ou une course de bienfaisance, une journée de marche à la montagne, l’apprentissage d’une nouvelle activité ou des vacances de ski dans les Alpes vous aideront à bouger.

La mission de la clinique STADIUM PhysiOstéo est de traiter vos blessures et vos douleurs chroniques, mais c’est aussi de vous aider à vous réactiver. Un corps en santé guérit plus vite et la santé est la meilleure prévention contre les maladies associées à l’âge. Notre équipe peut vous aider à changer de vie si vous avez besoin d’un coup de pouce.

Pour plus d’informations : http://www.stadiumphysiosteo.com/nouvelles.asp

stadiumCharlen Berry, Raymonde Fortin et l’équipe de la Clinique STADIUM PhysiOsteo

L’équipe STADIUM a développé son expertise dans le domaine de la médecine sportive, la thérapie manuelle et la réadaptation intégrative pour mieux intervenir auprès de la population active. L’équipe d’une trentaine de professionnels jouit d’une réputation internationale et s’est bâtie autour de la thérapeute du sport et ostéopathe Charlen Berry et de la physiothérapeute Raymonde Fortin. Toutes deux conférencières de renom dans leurs domaines respectifs, elles ont participé à plusieurs jeux internationaux ; jeux panaméricains, Jeux du Commonwealth et Jeux olympiques comme thérapeutes sélectionnées par le Comité olympique canadien. Elles travaillent auprès des athlètes olympiques depuis plus de 30 ans.Charlen Berry a acquis son expérience à l’université Concordia ou elle y a travaillé pendant plus de 10 ans avec les équipes universitaires. Impliquée dans la création de la corporation des thérapeutes du sport du Québec, elle est intronisée au temple de la renommée de l’université Concordia en 2000 et de l’Association canadienne des thérapeutes du Sport en 2011.Raymonde Fortin a travaillé avec les Forces armées canadiennes avant de compléter ses examens nationaux dans plusieurs domaines (thérapie du sport, thérapie manuelle, aiguilles sous le derme). Physiothérapeute experte, elle enseigne à l’Université de Montréal depuis plus de 10 ans. Elle est aussi étudiante au doctorat clinique de physiothérapie à l’Université d’Andrews au Michigan, elle y poursuit des études pour satisfaire sa passion de la médecine sportive intégrative.