Vivons-le

Schéhérazade au cirque

Le 29 août, l’Esplanade Financière Sun Life sera baignée dans l’univers enchanteur des contes des Mille et une nuits, alors que l’OSM, dirigée par maestro Kent Nagano, y interprétera Schéhérazade de Rimski-Korsakov. La mise en scène du spectacle, qui mettra en vedette des artistes du Cirque Éloize, a été confiée à la réputée chorégraphe et danseuse Lydia Bouchard (Révolution, Cirque du Soleil). Nous nous sommes entretenus avec elle afin de tout savoir sur cette soirée qui promet d’être haute en couleur.

« Il y aura plusieurs numéros de cirque : des aériens, des équilibres sur cannes, de la corde lisse, du hula hoop! » – Lydia Bouchard, chorégraphe et metteur en scène de l’événement Schéhérazade.

Qu’est-ce qui vous a amené à signer la mise en scène et la chorégraphie de ce spectacle de l’OSM et du Cirque Éloize?
Ces dernières années, j’ai beaucoup travaillé comme chorégraphe avec le Cirque du Soleil pour ses spectacles de la Série Hommage, présentés à Trois-Rivières. Et pour mettre en scène l’événement du 29 août, il fallait quelqu’un qui est capable de travailler avec des artistes de cirque. J’ai également travaillé avec le Cirque Éloize en tant qu’artiste, il y a quelques années, et j’ai déjà chorégraphié certains de leurs événements privés. Mais c’est la première fois que je suis en charge des chorégraphies et de la mise en scène pour un de leur projet et j’en suis très heureuse!

En quoi est-ce différent de mettre en scène un spectacle de cirque?
Le cirque, c’est une bibitte différente de la danse, pour plein de raisons. Dans un même spectacle, il peut y avoir des numéros avec du feu, des numéros aériens, ou des numéros qui requièrent différentes adhérences de plancher ou des éclairages particuliers pour la sécurité des artistes. Il y a beaucoup à penser car le spectre des besoins est large. Je pense qu’il faut bien connaître le médium et ses possibilités pour pouvoir bien l’exploiter et le mettre en scène.

« C’est un beau défi, mais j’aime ça les défis! »Lydia Bouchard, chorégraphe et metteuse en scène de l’événement Schéhérazade.

Et comment avez-vous abordé le fait que vous devez travailler avec un orchestre symphonique?
C’est la première fois que je mets en scène un spectacle avec un orchestre symphonique, qui vise à mettre en valeur une œuvre symphonique. Mais comme je viens du ballet classique, j’ai souvent travaillé avec des orchestres et c’est toujours un bonheur immense. La musique live, ça change tout, c’est un moteur créatif très puissant. Je pense que le mariage entre le cirque et l’œuvre symphonique va se faire très naturellement.

Comment avez-vous décidé de présenter l’œuvre de Schéhérazade?
La Schéhérazade qu’on lit dans le roman Les Mille et une nuits est une femme de tête qui sauve sa vie par la création. Donc, c’est vraiment dans cet angle-là que j’avais envie de la montrer. Je ne voulais pas nécessairement en faire une œuvre féministe, mais je voulais l’amener en 2018. Elle sera interprétée par la magnifique Edith Colin Marcoux, une formidable danseuse hip-hop. J’ai séparé le spectacle en cinq tableaux, cinq interventions circassiennes supportées par neuf artistes de cirque et danseurs de formation urbaine. Je pense que le mélange des genres avec l’urbain et le symphonique va être très intéressant! Il y aura le tableau d’ouverture où on rencontre Schéhérazade et pendant lequel on installe les lieux. Il aura le tableau de Simba le marin et celui qu’on a appelé la ménagerie et qui fait écho à tous les contes animaliers des Mille et une nuits. Il y aura le tableau du génie, car il est présent dans presque tous les contes et c’est lui qui tient la morale. Et dans le tableau de fermeture, on verra Schéhérazade conquérante, sauvée des griffes de la mort. Le fil conducteur sera la musique, bien sûr, mais aussi la narration, écrite pas Mani Soleymanlou, et interprétée par Emmanuel Bilodeau, qui jouera aussi le sultan.

Le spectacle sera présenté sur l’Esplanade Financière Sun Life, un espace très vaste qui sera investi par des milliers de personnes le 29 août. Est-ce qu’un tel lieu influence votre mise en scène?
Oui, mais j’ai de l’expérience avec des lieux similaires pour avoir travaillé avec l’Amphithéâtre Cogeco à Trois-Rivières, qui est sur le bord du fleuve et très grand. Quand on travaille sur un spectacle extérieur, il faut penser que l’attention des spectateurs sera plus diffuse. Ça change aussi beaucoup de choses au point de vue de l’éclairage. Donc, je pense toujours à la dernière personne du public, dans le fond de la salle, quand je fais le choix de mes chorégraphies. Je pense à ce qu’elle voit et tout le reste en découle.

Schéhérazade sera présenté gratuitement sur l’Esplanade Financière Sun Life le 29 août, à 20 h.